Investir dans un bien en copropriété - Guide - BailFacile

Investir dans un bien en copropriété : est-ce vraiment une bonne idée ?

Lorsque vous achetez un bien en copropriété, vous devenez copropriétaire. Mais qu’est-ce que cela implique ? Dans cet article, découvrez les droits et les devoirs des copropriétaires et les points à vérifier absolument avant d’investir dans un bien en copropriété.

Qu’est-ce qu’une copropriété ?

Une copropriété est un immeuble ou un groupe d’immeubles bâtis. Le régime de la copropriété, encadré par la loi de 1965, s’impose à tous les copropriétaires et locataires de l’immeuble.

Une copropriété se compose de :

  • Parties privatives : il s’agit des appartements de la copropriété par exemple ;
  • Parties communes : il s’agit du hall de l’immeuble, de l’ascenseur, de la cage d’escalier, etc. Chaque copropriétaire détient une quote-part des parties communes exprimée en tantièmes. La quote-part des parties communes dépend du nombre de lots détenu par le copropriétaire.

Les parties communes de la copropriété sont administrées par un syndic de copropriété qui peut prendre plusieurs formes. Vous pouvez choisir :

  • Un syndic professionnel : dans ce cas, vous déléguez la gestion à une société tierce ;
  • Un syndic bénévole : c’est lorsqu’un seul copropriétaire s’occupe de gérer la copropriété ;
  • Un syndic coopératif : c’est lorsqu’un ensemble de copropriétaires s’occupe de gérer la copropriété.

En copropriété, des règles communes sont à respecter. Elles sont fixées par le règlement de copropriété. Ce règlement s’impose autant aux copropriétaires résidents qu’aux locataires.

Les engagements d’un copropriétaire

Si vous achetez un bien en copropriété, vous devenez copropriétaire. Mais à quoi cela vous engage-t-il concrètement ?

En tant que copropriétaire, vous devez :

  • Respecter le règlement de copropriété ;
  • Participer au paiement des charges de copropriété qui sont réparties selon les tantièmes et millièmes détenus par chaque copropriétaire, qu’elles soient inclues ou non dans le budget prévisionnel ;
  • Demander l’autorisation pour effectuer certains travaux dans votre appartement, notamment s’ils modifient la destination de l’immeuble ou s’ils affectent l’aspect extérieur de l’immeuble.

Mais vous avez également des droits ! En particulier, vous pouvez exprimer votre opinion lors de l’assemblée générale annuelle. Même si en tant que copropriétaire, votre présence n’est pas obligatoire, nous vous conseillons d’y assister pour être au courant des projets de votre copropriété et exprimer votre avis sur la question.

Bon à savoir

Si vous ne pouvez pas assister à l’assemblée générale, vous pouvez donner votre pouvoir à un copropriétaire ou une personne tierce qui pourra vous représenter. Vous pouvez également voter par correspondance en amont de l’assemblée générale.

En tant que copropriétaire, vous pouvez également rejoindre le syndic coopératif de votre immeuble ou devenir syndic bénévole. Ces modèles d’autogestion sont plus économiques que les syndics professionnels qui facturent des honoraires et des frais annexes.

En revanche, ils nécessitent plus d’investissement de votre part. De nos jours, des plateformes de gestion de copropriété peuvent vous aider dans vos démarches, vous faisant gagner du temps et de l’argent !

Investir en copropriété : les points à vérifier

Avant d’investir en copropriété, il y a 3 points essentiels à vérifier :

Le montant des charges de copropriété

Dès que vous serez copropriétaire, vous devrez régler tous les trimestres vos appels de fonds. Le montant des appels de fonds est calculé selon la quote-part des parties communes que vous détenez.

Toutefois, nous vous conseillons de vérifier en amont le montant des charges de copropriété avant d’acheter. Selon les régions et le nombre de lots, les charges de copropriété peuvent représenter un budget conséquent pour les ménages.

Bon à savoir

Vous obtenez le détail des charges de copropriété du vendeur lors de la remise de l’état daté avant la signature de l’acte authentique de vente.

Le modèle de syndic de copropriété

Un autre critère à vérifier est le modèle de syndic de copropriété adopté par votre immeuble. En effet, si votre copropriété fait appel à un syndic professionnel par exemple, vos charges risquent d’être plus élevées. Mais vous risquez également d’avoir des frais supplémentaires à payer, notamment si l’assemblée générale annuelle dépasse 18h ou si une assemblée générale extraordinaire est convoquée.

Par ailleurs, si le syndic est bénévole ou coopératif, veillez également à vous assurer de la bonne gestion de l’immeuble. Pour ce faire, n’hésitez pas à sonder les autres copropriétaires, à vérifier si le carnet d’entretien est à jour et si l’ambiance est bonne dans la copropriété que vous vous apprêtez à rejoindre !

Les travaux effectués et les projets en cours

Les travaux peuvent peser lourd dans le budget des copropriétaires. En effet, lorsque des travaux sont votés en assemblée générale, tous les copropriétaires doivent passer à la caisse, et ce même si vous avez voté contre.

Ainsi, avant d’acheter un bien en copropriété, nous vous conseillons de regarder l’état général de la copropriété afin d’évaluer si des travaux proches sont nécessaires.

Cet article vous a-t-il été utile?