La signature du compromis de vente
La signature du compromis de vente

Signature du compromis de vente : organisation, contenu et rédaction

L'acquisition d'un bien immobilier est souvent précédée d'un compromis de vente. Il n'est pas obligatoire. Cependant, il est fortement recommandé pour définir les conditions et les termes de l’achat. Il peut être signé chez le notaire, l'agent immobilier ou entre particuliers. Il engage réciproquement chacune des deux parties.

Faisons le point sur cet avant-contrat, préambule à l'acte authentique définitif.

Qu'est-ce qu'un compromis de vente ?

Le compromis, aussi appelé promesse synallagmatique de vente, est la première étape d'une transaction immobilière. Ce contrat sous seing privé, c'est-à-dire signé entre les parties, lie le vendeur et l'acquéreur. Il définit la chose (le bien immobilier) et le prix afin d'en faire une « vente parfaite ». Il fixe les conditions essentielles de l'acte de vente final.

Il s'agit d'un engagement ferme pour les deux intervenants, sauf rétractation dans le délai légal, ou non-réalisation des conditions suspensives. En effet, juridiquement, le compromis vaut vente.

Attention

Le compromis de vente ne suffit pas à faire de vous un propriétaire. Il faut impérativement le faire confirmer par la signature d'un acte de vente signé devant notaire.

Qui rédige le compromis de vente ?

Le vendeur et l'acquéreur peuvent décider de rédiger eux-mêmes ce document ou d'en confier la rédaction à un professionnel (agent immobilier ou notaire).

Toutefois, il est important de rappeler que cet avant-contrat constitue le socle de votre acte de vente définitif. C'est pourquoi les clauses du compromis doivent être rédigées avec attention. Le notaire, expert en la matière, saura vous conseiller et vous proposer les meilleures options en fonction de votre situation et de votre projet.

Quels sont les documents annexés à l'avant-contrat ?

Le compromis doit mentionner de nombreuses informations visant à renseigner le futur acquéreur sur l'état du bien immobilier. Aussi, les documents suivants seront notamment joints à l'avant-contrat :

  1. Le dossier de diagnostic technique dont la liste est prévue à l’article L.271-4 du Code de la construction et de l’habitation ;
  2. Les informations relatives à la copropriété si vous êtes concerné, dont la liste est prévue à l’article L.721-2 du Code de la construction et de l’habitation.
Le dossier de diagnostic technique
  • Diagnostic de performance énergétique : toujours obligatoire ;
  • Etat relatif à la présence d'amiante : lorsque le permis de construire est délivré avant juillet 1997 ;
  • Etat d'installation d'assainissement non collectif : si le bien n'est pas raccordé au réseau de collecte des eaux usées ;
  • Constat des risques d'exposition au plomb : lorsque le permis de construire est délivré avant le 1er janvier 1949 ;
  • Etat de l’installation interne électrique et gaz : si les installations ont plus de 15 ans ;
  • Etat des risques et pollutions (diagnostic ERP) : toujours obligatoire ;
  • Certificat de superficie loi Carrez : pour les biens en copropriété ;
  • Constat de risque d'exposition au plomb : pour les immeubles construits avant 1949 ;
  • Etat des risques naturels miniers et technologiques : toujours obligatoire ;
  • Diagnostics termites et mérule : si le bien se situe en zone à risque selon un arrêté préfectoral ;
  • Etat des nuisances sonores aériennes : si le logement est proche d'un aéroport ;
  • Diagnostic radon : si la commune se trouve en zone concernée de niveau 3.
Informations relatives à la copropriété
  • Fiche synthétique de l'immeuble ;
  • Règlement de copropriété et état descriptif de division ainsi que les actes modificatifs ;
  • Procès-verbaux des assemblées générales des trois dernières années ;
  • Documents relatifs à la situation financière de la copropriété et du vendeur ;
  • Carnet d’entretien de l’immeuble mis à jour par le syndic ;
  • Notice d’information relative aux droits et obligations des copropriétaires ;
  • Le cas échéant, diagnostic technique global et plan pluriannuel de travaux.

Le compromis de vente est-il obligatoire ?

La signature d'un compromis de vente n'est pas obligatoire. Pourtant, il est fortement recommandé d'envisager un avant-contrat avant une acquisition pour en fixer les modalités, le prix de vente, la date limite pour la signature de l'acte final, etc.

Par ailleurs, ce document permet aussi de définir :

  • les conditions suspensives qui annuleraient l'engagement de l'acquéreur en cas de non-réalisation de l'une d'elles (nous les détaillons juste après) ;
  • la répartition des frais de notaire et d'agence ;
  • le partage des charges de copropriété, de la taxe foncière…

Il est important de savoir qu'un compromis de vente vous engage irrévocablement que vous soyez vendeur ou acquéreur (hors délai de rétractation de 10 jours et conditions suspensives).

Comment se passe la signature d'un compromis de vente ?

Choix du rédacteur de l'acte

Un compromis de vente peut être signé entre particuliers, devant un agent immobilier ou un notaire. L'expertise de ce dernier vous garantit toutefois des conseils avisés, un contrat complet, ainsi qu'une conformité de la procédure visant à limiter les litiges.

A noter

Vous pouvez consulter la liste des notaires de votre région sur le site des Notaires de France.

Chaque partie peut choisir de se faire représenter par son propre notaire. On dit alors que les deux officiers publics sont en concours. Dès lors, ils se chargent ensemble de constituer le dossier, préparer les actes, chacun représentant les intérêts de son client.

Bon à savoir

Lorsque chacune des parties fait appel à son notaire, aucun supplément ne vous est réclamé. Les deux professionnels se partagent les honoraires.

Documents requis pour la préparation du compromis de vente

Afin de limiter les délais pour la signature de votre compromis, vous pouvez anticiper les demandes de votre notaire. N'hésitez pas à vous présenter le jour du premier rendez-vous avec les documents qui serviront à rédiger l'avant-contrat.

Concernant le vendeur
  • Vos documents d'identité, livret de famille, contrat de mariage, pacs… ;
  • Votre titre de propriété : acte d'acquisition, donation, attestation immobilière, etc. ;
  • Les documents relatifs à la copropriété si tel est le cas : carnet d'entretien de l'immeuble, procès-verbaux des 3 dernières assemblées générales, convocation à la prochaine assemblée des copropriétaires… ;
  • Si vous aviez contracté un prêt lors de votre acquisition, une lettre du prêteur mentionnant les références du financement : ce document permet au notaire d'interroger la banque sur les montants restants dus ou son remboursement total ;
  • Une copie de votre avis d'imposition de taxe foncière ;
  • Si le bien est loué, une copie du bail, état des lieux et montant du dépôt de garantie et, le cas échéant, la notification de départ du locataire ;
  • Le dossier de diagnostic technique remis par le diagnostiqueur certifié.
Bon à savoir

Si vous n'êtes pas en possession de certains documents, ne vous inquiétez pas, votre conseiller se chargera de les réclamer aux services compétents. Leur coût sera déduit du prix de vente après la signature de l'acte authentique.

Concernant l'acquéreur
  • Vos documents d'identité, livret de famille, contrat de mariage, pacs… ;
  • Les informations sur le mode de financement du bien : épargne, donation, don manuel, héritage, etc. ;
  • Si le bien est payé au moyen d'un prêt : nom de la banque, montant de l'emprunt, taux maximum envisagé, durée maximale souhaitée.
Bon à savoir

Si vous ne connaissez pas le nom de la banque au moment de la signature du compromis, indiquez simplement la mention « auprès de tout organisme bancaire ».

Quelles sont les principales clauses du compromis de vente ?

Conditions suspensives

Les conditions suspensives constituent une protection pour l'acquéreur. En effet, en cas de non-réalisation de l'une d'entre elles, l'avant-contrat est annulé purement et simplement. Le bénéficiaire récupère alors l'intégralité de son dépôt de garantie.

Les clauses suspensives les plus courantes sont les suivantes :

  • obtention d'un prêt ;
  • vente de la résidence principale de l'acheteur pour financer l'acquisition ;
  • absence de préemption de la mairie ;
  • absence de préemption du locataire du bien ;
  • absence de servitude ;
  • purge des hypothèques grevant le bien objet de la vente ;
  • obtention d'un permis de construire ;
  • etc.

Délai de rétractation après la signature d'un compromis de vente

Le compromis doit impérativement prévoir une clause relative au délai de rétractation immobilier de l'acquéreur. En effet, ce dernier dispose d'un délai incompressible de 10 jours calendaires durant lequel il peut décider, sans motif, de ne plus acheter.

Le délai commence à courir le lendemain de la remise en main propre du compromis signé et de ses annexes, ou de la première présentation de la lettre recommandée avec avis de réception contenant ces documents.

Bon à savoir

Si le délai de rétractation se termine un samedi, dimanche, un jour férié ou chômé, il est prolongé jusqu'au premier jour ouvrable suivant.

Clause de substitution

Il peut être judicieux de prévoir dans le compromis de vente, une clause de substitution. Celle-ci permet à l'acquéreur de désigner une personne physique ou morale (société) pour acheter le bien immobilier à sa place dans l'acte définitif.

Cette clause est souvent utilisée lorsqu'une SCI acquéreur est créée après la signature du compromis de vente.

La personne ou société substituée achète alors en lieu et place du bénéficiaire initial, aux prix et conditions prévus dans l'avant-contrat.

La clause de substitution est mise en œuvre après le droit de rétractation de l'acheteur initial et avant la signature de l'acte authentique de vente.

L’article 1216 du Code civil dispose que la clause de substitution du compromis doit être rédigée par écrit, sous peine de nullité.

Une lettre recommandée avec avis de réception est adressée au notaire chargé de la vente, avant la réalisation de toutes les conditions suspensives.

Les sommes déjà versées à l'office notarial par l'acquéreur initial sont transférées sur un compte ouvert à l'étude au nom du nouvel acheteur. Le remboursement se fait ensuite directement entre l'acquéreur substituant et la personne substituée.

Bon à savoir

Pour être valable, la clause de substitution doit être gratuite. À défaut, il s'agit d'une cession de contrat, et non d'une substitution.

Quelles sommes sont versées lors d'un compromis de vente ?

Dépôt de garantie

Le dépôt de garantie est l'acompte versé par l'acquéreur au moment de la signature du compromis de vente.

Dans l'ancien, il est généralement compris entre 5 et 10 % du prix d'acquisition, mais son montant peut parfois être négocié.

Dans le neuf, le montant du dépôt de garantie s’établit en fonction du prix prévisionnel et des délais de livraison (5 % du prix prévisionnel à... rien du tout si les délais de livraison sont supérieurs à 2 ans).

Le montant est viré sur le compte séquestre de l'officier public ou de l'agent immobilier. Il reste bloqué jusqu'à la signature de l'acte authentique de vente. C'est seulement à ce moment que la somme est encaissée, et déduite du prix de vente.

Si l'acquéreur use de son droit de rétractation dans les dix jours, il récupère l'intégralité du dépôt de garantie dans les 21 jours du lendemain de sa rétractation.

D'autre part, si l'une des conditions suspensives n'est pas réalisée, la somme est restituée à l'acquéreur.

A noter

Si vous signez le compromis seul avec le vendeur, et décidez de lui verser le dépôt de garantie, il sera plus difficile de le récupérer en cas de rétractation.

Frais d'acte

Le compromis de vente n'est pas un acte enregistré auprès des services fiscaux. Par conséquent, lorsqu'il est rédigé et signé entre particuliers ou par une agence immobilière, il ne génère aucuns frais.

En revanche, un compromis rédigé par un notaire est généralement facturé entre 150 et 300 euros en moyenne. Il s'agit de frais liés à la rédaction de l'acte. Ce montant est à la charge de l'acquéreur.

Bon à savoir

Un acquéreur qui use de son droit légal de rétractation est tenu de régler les frais de rédaction du compromis.

Quel délai entre la signature d'un compromis de vente et la vente ?

Le délai moyen entre la signature d'un avant-contrat et celle de l'acte authentique varie généralement entre deux et trois mois. Trois raisons justifient ce laps de temps :

  • L'obligation de respecter le délai de rétractation légal ;
  • Le délai de constitution du dossier de vente ;
  • Le délai d'obtention d'un prêt.

Le délai de rétractation

Comme nous l'avons évoqué plus haut, l'acquéreur dispose d'un délai de réflexion de dix jours après la signature du compromis.

En d'autres termes, le notaire chargé de la vente ne pourra commencer les formalités administratives qu'après l'expiration de ce délai.

Constitution du dossier de vente

Le notaire chargé d’instrumenter la vente effectue de nombreuses démarches avant la rédaction de l'avant-contrat de vente. Il réunit notamment les documents :

  • justifiant de la capacité des parties ;
  • relatifs aux divers diagnostics techniques pour informer l'acquéreur sur l'état du bien ;
  • fournis par le syndic sur la santé de la copropriété (carnet d'entretien et fiche synthétique de l'immeuble).

Si le bien est occupé par des locataires, l'officier public se charge également d'obtenir tous les renseignements liés à la location. Par ailleurs, si le bien loué est vendu libre de toute occupation, le professionnel adresse à l'occupant, bénéficiaire d'un droit de préemption, une notification de la vente.

Le délai d'obtention de prêt

Lorsque l'acquéreur contracte un prêt pour financer l'acquisition, la signature de la vente définitive demande plus de temps. Le compromis fixe les délais accordés à l'acquéreur pour l'obtention du crédit et la réception des offres.

À noter

À réception des offres de prêts, l'emprunteur dispose de 10 jours de réflexion. Il n'aura le droit de retourner ses offres acceptées et signées que le 11e jour suivant leur réception.

Quelle est la différence entre une promesse de vente et un compromis de vente ?

La promesse de vente

La promesse unilatérale de vente engage le promettant, c'est-à-dire le vendeur. Celui-ci propose son bien à l'acquéreur à un prix déterminé, pour un temps défini, généralement 3 mois.

L'acheteur profite de ce délai d'option pour décider s'il achète ou non. Il verse une indemnité d'immobilisation égale, en pratique, à 5 ou 10 %.

Ce contrat peut être constaté par acte authentique (devant notaire) ou sous seing privé enregistré à la recette des impôts compétente dans les 10 jours de l'acceptation par le bénéficiaire.

Le compromis de vente

Cette promesse synallagmatique de vente engage le vendeur et l'acquéreur à conclure une transaction à un prix défini.

L'acquéreur verse un dépôt de garantie généralement égal à 5 ou 10 % du prix de vente au moment de la signature du compromis. Cette somme s'impute sur le prix de vente au moment de la signature de l'acte authentique.

Cet acte sous seing privé ne nécessite pas d'être enregistré auprès des services fiscaux.

FAQ

Qu'est-ce qu'un compromis de vente ?

Il s'agit d'un contrat qui engage le vendeur et l'acquéreur d'un bien immobilier à un prix déterminé et sous des conditions précises. Juridiquement, un compromis vaut vente.

Qui rédige le compromis de vente ?

Le compromis de vente peut être rédigé entre les parties, par l'agent immobilier ou par un notaire.

Quelle différence entre un compromis et une promesse de vente ?

La promesse de vente engage le vendeur durant un délai défini. L'acquéreur bénéficie d'un délai d’option lui permettant de décider s'il achète ou pas le bien.

Le compromis de vente engage le vendeur et l'acquéreur. Cependant, ce dernier dispose d'un délai de 10 jours pour se rétracter.

Le compromis est-il obligatoire ?

Non, la signature d'un compromis n'est pas obligatoire. Toutefois, il est vivement conseillé de signer un avant-contrat (compromis ou promesse de vente) pour définir les conditions de la vente définitive.

Peut-on se rétracter après la signature d'un compromis ?

Si vous êtes acquéreur, vous disposez d'un délai de rétractation légal de 10 jours pour renoncer à l'achat sans avoir à motiver votre décision.

Si vous êtes vendeur, vous ne pouvez plus vous rétracter.

Qu'est-ce qu'une clause de substitution ?

Cette clause permet à l'acquéreur de désigner une autre personne physique ou une société pour acheter à sa place au moment de l'acte définitif.

Quel délai entre la signature d'un compromis de vente et la vente définitive ?

Il n'y a pas de délai légal prévu entre ces deux actes. Toutefois, il est en pratique de 2 mois, et peut aller jusqu'à 3 mois si l'acquéreur contracte un prêt pour son acquisition.

Signature du compromis de vente : organisation, contenu et rédaction

L'acquisition d'un bien immobilier est souvent précédée d'un compromis de vente. Il n'est pas obligatoire. Cependant, il est fortement recommandé pour définir les conditions et les termes de l’achat. Il peut être signé chez le notaire, l'agent immobilier ou entre particuliers. Il engage réciproquement chacune des deux parties.

Faisons le point sur cet avant-contrat, préambule à l'acte authentique définitif.

Qu'est-ce qu'un compromis de vente ?

Le compromis, aussi appelé promesse synallagmatique de vente, est la première étape d'une transaction immobilière. Ce contrat sous seing privé, c'est-à-dire signé entre les parties, lie le vendeur et l'acquéreur. Il définit la chose (le bien immobilier) et le prix afin d'en faire une « vente parfaite ». Il fixe les conditions essentielles de l'acte de vente final.

Il s'agit d'un engagement ferme pour les deux intervenants, sauf rétractation dans le délai légal, ou non-réalisation des conditions suspensives. En effet, juridiquement, le compromis vaut vente.

Attention

Le compromis de vente ne suffit pas à faire de vous un propriétaire. Il faut impérativement le faire confirmer par la signature d'un acte de vente signé devant notaire.

Qui rédige le compromis de vente ?

Le vendeur et l'acquéreur peuvent décider de rédiger eux-mêmes ce document ou d'en confier la rédaction à un professionnel (agent immobilier ou notaire).

Toutefois, il est important de rappeler que cet avant-contrat constitue le socle de votre acte de vente définitif. C'est pourquoi les clauses du compromis doivent être rédigées avec attention. Le notaire, expert en la matière, saura vous conseiller et vous proposer les meilleures options en fonction de votre situation et de votre projet.

Quels sont les documents annexés à l'avant-contrat ?

Le compromis doit mentionner de nombreuses informations visant à renseigner le futur acquéreur sur l'état du bien immobilier. Aussi, les documents suivants seront notamment joints à l'avant-contrat :

  1. Le dossier de diagnostic technique dont la liste est prévue à l’article L.271-4 du Code de la construction et de l’habitation ;
  2. Les informations relatives à la copropriété si vous êtes concerné, dont la liste est prévue à l’article L.721-2 du Code de la construction et de l’habitation.
Le dossier de diagnostic technique
  • Diagnostic de performance énergétique : toujours obligatoire ;
  • Etat relatif à la présence d'amiante : lorsque le permis de construire est délivré avant juillet 1997 ;
  • Etat d'installation d'assainissement non collectif : si le bien n'est pas raccordé au réseau de collecte des eaux usées ;
  • Constat des risques d'exposition au plomb : lorsque le permis de construire est délivré avant le 1er janvier 1949 ;
  • Etat de l’installation interne électrique et gaz : si les installations ont plus de 15 ans ;
  • Etat des risques et pollutions (diagnostic ERP) : toujours obligatoire ;
  • Certificat de superficie loi Carrez : pour les biens en copropriété ;
  • Constat de risque d'exposition au plomb : pour les immeubles construits avant 1949 ;
  • Etat des risques naturels miniers et technologiques : toujours obligatoire ;
  • Diagnostics termites et mérule : si le bien se situe en zone à risque selon un arrêté préfectoral ;
  • Etat des nuisances sonores aériennes : si le logement est proche d'un aéroport ;
  • Diagnostic radon : si la commune se trouve en zone concernée de niveau 3.
Informations relatives à la copropriété
  • Fiche synthétique de l'immeuble ;
  • Règlement de copropriété et état descriptif de division ainsi que les actes modificatifs ;
  • Procès-verbaux des assemblées générales des trois dernières années ;
  • Documents relatifs à la situation financière de la copropriété et du vendeur ;
  • Carnet d’entretien de l’immeuble mis à jour par le syndic ;
  • Notice d’information relative aux droits et obligations des copropriétaires ;
  • Le cas échéant, diagnostic technique global et plan pluriannuel de travaux.

Le compromis de vente est-il obligatoire ?

La signature d'un compromis de vente n'est pas obligatoire. Pourtant, il est fortement recommandé d'envisager un avant-contrat avant une acquisition pour en fixer les modalités, le prix de vente, la date limite pour la signature de l'acte final, etc.

Par ailleurs, ce document permet aussi de définir :

  • les conditions suspensives qui annuleraient l'engagement de l'acquéreur en cas de non-réalisation de l'une d'elles (nous les détaillons juste après) ;
  • la répartition des frais de notaire et d'agence ;
  • le partage des charges de copropriété, de la taxe foncière…

Il est important de savoir qu'un compromis de vente vous engage irrévocablement que vous soyez vendeur ou acquéreur (hors délai de rétractation de 10 jours et conditions suspensives).

Comment se passe la signature d'un compromis de vente ?

Choix du rédacteur de l'acte

Un compromis de vente peut être signé entre particuliers, devant un agent immobilier ou un notaire. L'expertise de ce dernier vous garantit toutefois des conseils avisés, un contrat complet, ainsi qu'une conformité de la procédure visant à limiter les litiges.

A noter

Vous pouvez consulter la liste des notaires de votre région sur le site des Notaires de France.

Chaque partie peut choisir de se faire représenter par son propre notaire. On dit alors que les deux officiers publics sont en concours. Dès lors, ils se chargent ensemble de constituer le dossier, préparer les actes, chacun représentant les intérêts de son client.

Bon à savoir

Lorsque chacune des parties fait appel à son notaire, aucun supplément ne vous est réclamé. Les deux professionnels se partagent les honoraires.

Documents requis pour la préparation du compromis de vente

Afin de limiter les délais pour la signature de votre compromis, vous pouvez anticiper les demandes de votre notaire. N'hésitez pas à vous présenter le jour du premier rendez-vous avec les documents qui serviront à rédiger l'avant-contrat.

Concernant le vendeur
  • Vos documents d'identité, livret de famille, contrat de mariage, pacs… ;
  • Votre titre de propriété : acte d'acquisition, donation, attestation immobilière, etc. ;
  • Les documents relatifs à la copropriété si tel est le cas : carnet d'entretien de l'immeuble, procès-verbaux des 3 dernières assemblées générales, convocation à la prochaine assemblée des copropriétaires… ;
  • Si vous aviez contracté un prêt lors de votre acquisition, une lettre du prêteur mentionnant les références du financement : ce document permet au notaire d'interroger la banque sur les montants restants dus ou son remboursement total ;
  • Une copie de votre avis d'imposition de taxe foncière ;
  • Si le bien est loué, une copie du bail, état des lieux et montant du dépôt de garantie et, le cas échéant, la notification de départ du locataire ;
  • Le dossier de diagnostic technique remis par le diagnostiqueur certifié.
Bon à savoir

Si vous n'êtes pas en possession de certains documents, ne vous inquiétez pas, votre conseiller se chargera de les réclamer aux services compétents. Leur coût sera déduit du prix de vente après la signature de l'acte authentique.

Concernant l'acquéreur
  • Vos documents d'identité, livret de famille, contrat de mariage, pacs… ;
  • Les informations sur le mode de financement du bien : épargne, donation, don manuel, héritage, etc. ;
  • Si le bien est payé au moyen d'un prêt : nom de la banque, montant de l'emprunt, taux maximum envisagé, durée maximale souhaitée.
Bon à savoir

Si vous ne connaissez pas le nom de la banque au moment de la signature du compromis, indiquez simplement la mention « auprès de tout organisme bancaire ».

Quelles sont les principales clauses du compromis de vente ?

Conditions suspensives

Les conditions suspensives constituent une protection pour l'acquéreur. En effet, en cas de non-réalisation de l'une d'entre elles, l'avant-contrat est annulé purement et simplement. Le bénéficiaire récupère alors l'intégralité de son dépôt de garantie.

Les clauses suspensives les plus courantes sont les suivantes :

  • obtention d'un prêt ;
  • vente de la résidence principale de l'acheteur pour financer l'acquisition ;
  • absence de préemption de la mairie ;
  • absence de préemption du locataire du bien ;
  • absence de servitude ;
  • purge des hypothèques grevant le bien objet de la vente ;
  • obtention d'un permis de construire ;
  • etc.

Délai de rétractation après la signature d'un compromis de vente

Le compromis doit impérativement prévoir une clause relative au délai de rétractation immobilier de l'acquéreur. En effet, ce dernier dispose d'un délai incompressible de 10 jours calendaires durant lequel il peut décider, sans motif, de ne plus acheter.

Le délai commence à courir le lendemain de la remise en main propre du compromis signé et de ses annexes, ou de la première présentation de la lettre recommandée avec avis de réception contenant ces documents.

Bon à savoir

Si le délai de rétractation se termine un samedi, dimanche, un jour férié ou chômé, il est prolongé jusqu'au premier jour ouvrable suivant.

Clause de substitution

Il peut être judicieux de prévoir dans le compromis de vente, une clause de substitution. Celle-ci permet à l'acquéreur de désigner une personne physique ou morale (société) pour acheter le bien immobilier à sa place dans l'acte définitif.

Cette clause est souvent utilisée lorsqu'une SCI acquéreur est créée après la signature du compromis de vente.

La personne ou société substituée achète alors en lieu et place du bénéficiaire initial, aux prix et conditions prévus dans l'avant-contrat.

La clause de substitution est mise en œuvre après le droit de rétractation de l'acheteur initial et avant la signature de l'acte authentique de vente.

L’article 1216 du Code civil dispose que la clause de substitution du compromis doit être rédigée par écrit, sous peine de nullité.

Une lettre recommandée avec avis de réception est adressée au notaire chargé de la vente, avant la réalisation de toutes les conditions suspensives.

Les sommes déjà versées à l'office notarial par l'acquéreur initial sont transférées sur un compte ouvert à l'étude au nom du nouvel acheteur. Le remboursement se fait ensuite directement entre l'acquéreur substituant et la personne substituée.

Bon à savoir

Pour être valable, la clause de substitution doit être gratuite. À défaut, il s'agit d'une cession de contrat, et non d'une substitution.

Quelles sommes sont versées lors d'un compromis de vente ?

Dépôt de garantie

Le dépôt de garantie est l'acompte versé par l'acquéreur au moment de la signature du compromis de vente.

Dans l'ancien, il est généralement compris entre 5 et 10 % du prix d'acquisition, mais son montant peut parfois être négocié.

Dans le neuf, le montant du dépôt de garantie s’établit en fonction du prix prévisionnel et des délais de livraison (5 % du prix prévisionnel à... rien du tout si les délais de livraison sont supérieurs à 2 ans).

Le montant est viré sur le compte séquestre de l'officier public ou de l'agent immobilier. Il reste bloqué jusqu'à la signature de l'acte authentique de vente. C'est seulement à ce moment que la somme est encaissée, et déduite du prix de vente.

Si l'acquéreur use de son droit de rétractation dans les dix jours, il récupère l'intégralité du dépôt de garantie dans les 21 jours du lendemain de sa rétractation.

D'autre part, si l'une des conditions suspensives n'est pas réalisée, la somme est restituée à l'acquéreur.

A noter

Si vous signez le compromis seul avec le vendeur, et décidez de lui verser le dépôt de garantie, il sera plus difficile de le récupérer en cas de rétractation.

Frais d'acte

Le compromis de vente n'est pas un acte enregistré auprès des services fiscaux. Par conséquent, lorsqu'il est rédigé et signé entre particuliers ou par une agence immobilière, il ne génère aucuns frais.

En revanche, un compromis rédigé par un notaire est généralement facturé entre 150 et 300 euros en moyenne. Il s'agit de frais liés à la rédaction de l'acte. Ce montant est à la charge de l'acquéreur.

Bon à savoir

Un acquéreur qui use de son droit légal de rétractation est tenu de régler les frais de rédaction du compromis.

Quel délai entre la signature d'un compromis de vente et la vente ?

Le délai moyen entre la signature d'un avant-contrat et celle de l'acte authentique varie généralement entre deux et trois mois. Trois raisons justifient ce laps de temps :

  • L'obligation de respecter le délai de rétractation légal ;
  • Le délai de constitution du dossier de vente ;
  • Le délai d'obtention d'un prêt.

Le délai de rétractation

Comme nous l'avons évoqué plus haut, l'acquéreur dispose d'un délai de réflexion de dix jours après la signature du compromis.

En d'autres termes, le notaire chargé de la vente ne pourra commencer les formalités administratives qu'après l'expiration de ce délai.

Constitution du dossier de vente

Le notaire chargé d’instrumenter la vente effectue de nombreuses démarches avant la rédaction de l'avant-contrat de vente. Il réunit notamment les documents :

  • justifiant de la capacité des parties ;
  • relatifs aux divers diagnostics techniques pour informer l'acquéreur sur l'état du bien ;
  • fournis par le syndic sur la santé de la copropriété (carnet d'entretien et fiche synthétique de l'immeuble).

Si le bien est occupé par des locataires, l'officier public se charge également d'obtenir tous les renseignements liés à la location. Par ailleurs, si le bien loué est vendu libre de toute occupation, le professionnel adresse à l'occupant, bénéficiaire d'un droit de préemption, une notification de la vente.

Le délai d'obtention de prêt

Lorsque l'acquéreur contracte un prêt pour financer l'acquisition, la signature de la vente définitive demande plus de temps. Le compromis fixe les délais accordés à l'acquéreur pour l'obtention du crédit et la réception des offres.

À noter

À réception des offres de prêts, l'emprunteur dispose de 10 jours de réflexion. Il n'aura le droit de retourner ses offres acceptées et signées que le 11e jour suivant leur réception.

Quelle est la différence entre une promesse de vente et un compromis de vente ?

La promesse de vente

La promesse unilatérale de vente engage le promettant, c'est-à-dire le vendeur. Celui-ci propose son bien à l'acquéreur à un prix déterminé, pour un temps défini, généralement 3 mois.

L'acheteur profite de ce délai d'option pour décider s'il achète ou non. Il verse une indemnité d'immobilisation égale, en pratique, à 5 ou 10 %.

Ce contrat peut être constaté par acte authentique (devant notaire) ou sous seing privé enregistré à la recette des impôts compétente dans les 10 jours de l'acceptation par le bénéficiaire.

Le compromis de vente

Cette promesse synallagmatique de vente engage le vendeur et l'acquéreur à conclure une transaction à un prix défini.

L'acquéreur verse un dépôt de garantie généralement égal à 5 ou 10 % du prix de vente au moment de la signature du compromis. Cette somme s'impute sur le prix de vente au moment de la signature de l'acte authentique.

Cet acte sous seing privé ne nécessite pas d'être enregistré auprès des services fiscaux.

FAQ

Qu'est-ce qu'un compromis de vente ?

Il s'agit d'un contrat qui engage le vendeur et l'acquéreur d'un bien immobilier à un prix déterminé et sous des conditions précises. Juridiquement, un compromis vaut vente.

Qui rédige le compromis de vente ?

Le compromis de vente peut être rédigé entre les parties, par l'agent immobilier ou par un notaire.

Quelle différence entre un compromis et une promesse de vente ?

La promesse de vente engage le vendeur durant un délai défini. L'acquéreur bénéficie d'un délai d’option lui permettant de décider s'il achète ou pas le bien.

Le compromis de vente engage le vendeur et l'acquéreur. Cependant, ce dernier dispose d'un délai de 10 jours pour se rétracter.

Le compromis est-il obligatoire ?

Non, la signature d'un compromis n'est pas obligatoire. Toutefois, il est vivement conseillé de signer un avant-contrat (compromis ou promesse de vente) pour définir les conditions de la vente définitive.

Peut-on se rétracter après la signature d'un compromis ?

Si vous êtes acquéreur, vous disposez d'un délai de rétractation légal de 10 jours pour renoncer à l'achat sans avoir à motiver votre décision.

Si vous êtes vendeur, vous ne pouvez plus vous rétracter.

Qu'est-ce qu'une clause de substitution ?

Cette clause permet à l'acquéreur de désigner une autre personne physique ou une société pour acheter à sa place au moment de l'acte définitif.

Quel délai entre la signature d'un compromis de vente et la vente définitive ?

Il n'y a pas de délai légal prévu entre ces deux actes. Toutefois, il est en pratique de 2 mois, et peut aller jusqu'à 3 mois si l'acquéreur contracte un prêt pour son acquisition.

Gérez votre location en 10 minutes par mois.

Une solution à chaque problématique locative accessible en 3 clics.

Documents - Conseils Experts

Noté 4,7/5 par 1 350+ bailleurs