Logo BailFacile

Quels sont les droits, les aides et les recours du locataire d'un logement considéré comme une passoire thermique ?

Passoire thermique locataire

SOMMAIRE

  • Définition et caractéristiques
  • Calendrier d'interdiction gouvernementale
  • Doits, aides et recours du locataire
  • FAQ

Télécharger la fiche en PDF

Vous êtes au bon endroit

Lisez les lignes qui suivent en toute confiance ! BailFacile aide déjà plus de 100 000 propriétaires-bailleurs à gérer leurs locations en totale autonomie. Conformité des documents et démarches, automatisations, signatures électroniques, finances, support...

BailFacile est noté 4.7/5 selon 1901 avis sur Trustpilot. En savoir plus

L'État intensifie les moyens de lutte contre les logements mal isolés particulièrement énergivores, appelés des passoires thermiques. Pour endiguer totalement la location de ces logements jugés non décents d'un point de vue énergétique, le seuil de consommation d'énergie autorisée, aujourd'hui fixé à 450 kWh/m2/an, va être abaissé suivant des échéances progressives. Depuis janvier 2023, certains logements classés G sur le DPE sont d'ores et déjà interdits à la location. D'ici 2034, les logements dont l'étiquette du DPE sera comprise entre E et G ne pourront plus être loués. Mais alors quels sont les droits, les aides et les recours des locataires de ce type de logement ?

Passoire thermique : définition et caractéristiques

Qu'est-ce qu'une passoire thermique ?

Une passoire thermique désigne un logement mal isolé. Sa consommation d'énergie est supérieure à des seuils publiés par le ministère de la Transition écologique.

Depuis le 1er janvier 2023, le seuil maximal de consommation d'énergie autorisée pour que le logement soit qualifié d'énergétiquement décent est fixé, en France métropolitaine, à 450 kWh/m2/an.
En d'autres termes, un logement décent est classé entre A et G (uniquement les G de moins de 450 kWh) sur l'étiquette du diagnostic de performance énergétique (DPE).

Par conséquent, en 2023, conformément au décret n° 2021-19 du 11 janvier 2021, sont considérées comme des passoires thermiques, toutes les habitations ayant une consommation énergétique égale ou supérieure 450 kWh/m2.
Ces logements sont désormais interdits à la location (pour les nouveaux contrats, les contrats renouvelés ou reconduits à compter du 1er janvier 2023).

Pour rappel, la consommation d'énergie englobe le chauffage, l'éclairage, l'eau chaude, la ventilation, la climatisation, etc.

Différence entre passoire thermique, insalubrité et précarité énergétique

  • La passoire thermique concerne la mauvaise isolation du logement et sa consommation d'énergie excessive ;
  • L'insalubrité concerne l'état général du logement, ce qui engendre un risque pour la santé et la sécurité physique des occupants ;
  • La précarité énergétique (dépenses en énergie supérieures à 8 % des revenus) concerne les difficultés d'un ménage à chauffer son habitation faute de ressources financières suffisantes ou à cause des conditions d'habitat. Les bailleurs profitant de ces situations sont appelés marchands de sommeil.

Comment reconnaître une passoire énergétique en 2023 (factures, DPE,...) ?

Plusieurs indicateurs doivent alerter le locataire d'un logement mal isolé et pouvant entraîner un trouble de jouissance du locataire sur le bien.

Un mauvais diagnostic de performance énergétique

Lors de la signature du bail (location) ou de l'avant-contrat (acquisition), le DPE délivré au futur locataire ou acquéreur renseigne sur la consommation d'énergie du logement. S'il relate une consommation d'énergie égale ou supérieure à 450 kWh, il est considéré comme une passoire thermique.

Une construction ancienne

Les immeubles anciens sont plus susceptibles d'être mal isolés, sauf s'ils ont été rénovés depuis leur construction.

Des factures d'énergie excessives

Si les factures de chauffage explosent alors qu'il ne fait pas suffisamment chaud dans le logement, c'est peut-être lié à une mauvaise isolation des murs, des vitrages ou de la toiture. Mais combien de temps un locataire peut-il rester sans chauffage ?

Un taux d'humidité élevé

Les logements mal isolés et mal ventilés présentent des taux d'humidité très importants (buée sur les vitres, traces de moisissures sur les murs, peintures écaillées, etc.).

Calendrier du gouvernement concernant l'interdiction de louer des passoires thermiques

Le niveau de consommation énergétique aujourd'hui fixé à 450 kWh va baisser progressivement suivant les échéances prévues à l'article 160 de la loi climat et résilience :

  • Depuis janvier 2023 : certains logements affichant une étiquette G sur leur DPE sont interdits à la location ;
    Rappel important : seuls les logements classés G (plus de 420 kWh/m2) et ayant une consommation de plus de 450 kWh sont considérés comme des passoires thermiques en 2023. 
  • En 2025 : les logements classés G ne pourront plus être loués ;
  • En 2028 : les logements classés F seront concernés par l'interdiction de location ;
  • En 2034 : les logements classés entre E et G seront frappés d'une interdiction de location. Seuls ceux classés entre A et D pourront être loués.

L'interdiction de location concernera les nouveaux contrats.

Depuis le 1er avril 2023, un audit énergétique doit être réalisé en complément du DPE avant la vente d'un bien en monopropriété classé F ou G (maison individuelle ou immeuble appartenant à un seul propriétaire). Il concernera les logements classés E dès le 1er janvier 2025, et ceux classés D au 1er janvier 2034.

Les droits, les aides et les recours d'un locataire de passoire thermique

Les droits (le gel des loyers, des travaux de rénovation,...)

Vous louez un logement qui répond aux caractéristiques d'une passoire thermique ? Voici vos droits en fonction de la date de signature du bail :

  • Votre contrat était en cours au 1er janvier 2023 : rien ne change. Vous pourrez réclamer des travaux à votre bailleur lors de la reconduction du contrat de location. 
  • Votre bail a été signé après le 1er janvier 2023 : celui-ci reste valide. Toutefois, vous pouvez réclamer la mise en conformité du bien à l'amiable ou par voie de justice. 

Par ailleurs, les logements soumis à la loi du 6 juillet 1989, classés F ou G sur leur DPE, dont les contrats de location ont été signés après le 24 août 2022, voient leurs loyers gelés (indexation annuelle interdite). Ainsi il n'est pas possible d'augmenter le loyer d'un logement considéré comme une passoire thermique.

Les aides à la rénovation énergétique pour les locataires

La loi ne vous interdit pas d'entreprendre des travaux de rénovation même si vous êtes en location (système de chauffage plus performant par exemple). Ces rénovations peuvent être une solution pour un meilleur confort thermique, et une réduction du montant de vos factures d'énergie.

Cependant, l'accord préalable du propriétaire est obligatoire.

Certains bailleurs acceptent de prendre en charge tout ou partie du coût des travaux. En plus de profiter de la rénovation après votre départ, l'État leur accorde certaines aides (MaPrime'Rénov', éco-prêt à taux zéro...).

En votre qualité de locataire, vous bénéficiez aussi d'aides financières pour améliorer l'isolation d'un logement :

  • La prime énergie CEE : la demande est réalisée en ligne avant de signer le devis de travaux. L'artisan doit être RGE (garant de l'environnement). 
  • La TVA à 5,5 % : certains travaux peuvent bénéficier automatiquement de la TVA à taux réduit.
  • Le chèque énergie : il est versé chaque année, automatiquement, aux personnes éligibles. Il peut être utilisé pour régler les factures d'énergies ou pour financer une partie des travaux de rénovation.

Le DPE est valable 10 ans (par exception, ceux réalisés avant le 1er juillet 2021 sont valables jusqu'au 31 décembre 2024). La réalisation d'un nouveau document n'est pas imposée au propriétaire ou à l'occupant qui réalise des travaux de rénovation énergétique. Toutefois, il peut être judicieux de faire réaliser un nouveau diagnostic afin d'attester d'une meilleure performance du logement.

Les recours d'un locataire de logement énergivore

Si votre logement ne répond pas aux normes de décence énergétique, et que vous ne souhaitez pas faire vous-mêmes des travaux de rénovation, vous pouvez :

1. Signaler les désordres au propriétaire

Adressez-lui une lettre recommandée. Vous devez énumérer en détail tous les signes révélant les défaillances, et lui demander la mise aux normes du logement. 

Le propriétaire dispose d'un délai de deux mois à compter de la date d'envoi pour intervenir.

2. Informer le service hygiène de la mairie

Il est possible aussi d'informer le service d'hygiène de la mairie dont dépend le logement. Une visite des lieux pourra être diligentée afin de constater les désordres et émettre un arrêté d'insalubrité

3. Alerter la CAF de la situation de non décence de la location

La Caisse d'allocations familiales a le droit de suspendre le versement des allocations logement, et de les conserver durant 18 mois. Au-delà, le bailleur perd les allocations non versées s'il n'a pas réalisé les travaux.

4. Saisir la Commission départementale de conciliation

Si le propriétaire refuse ou ne répond pas, vous pouvez saisir la Commission départementale de conciliation. Cette étape est facultative.

5. Assigner le bailleur devant le tribunal d'instance

Enfin, vous pouvez saisir le juge du tribunal compétent. Il vous appartient de constituer un dossier prouvant :

  • Les désordres dans le logement ;
  • Les différentes alertes adressées au bailleur par courrier recommandé ;
  • La tentative de conciliation amiable, le cas échéant.

Le juge déterminera la nature des travaux à réaliser dans l'habitation ainsi que le délai de leur exécution. Il pourra aussi réclamer au bailleur la réduction ou le remboursement du loyer pour logement insalubre jusqu'à l'achèvement des travaux de mise en conformité. 

Pour les propriétaires non bailleurs, l'aide Habiter Sain de l'Anah permet de réaliser des travaux d'amélioration dans le logement considéré comme leur résidence principale. De plus l'Aide Habiter Serein couvre d'autres types de travaux.

FAQ

Logement mal isolé, quels recours sont prévus par la loi ?

Demandez à votre propriétaire, par l'envoi de plusieurs lettres recommandées, de réaliser des travaux de rénovation. Sans intervention de sa part dans les 2 mois, vous pouvez saisir la commission départementale de conciliation et le tribunal d'instance dont dépend le logement.

Comment louer une passoire thermique ?

Depuis le 1er janvier 2023, vous ne pouvez plus louer de logements considérés comme des passoires thermiques (consommation égale ou supérieure à 450 kWh sur le DPE).

Comment savoir si votre logement est une passoire thermique ?

Il suffit de consulter le diagnostic de performance énergétique (DPE) remis lors de la location ou de l'acquisition du logement. Il affiche l'étiquette attribuée au bien. Celui-ci est considéré comme une passoire thermique si sa consommation énergétique est égale ou supérieure à 450 kWh/m2/an.

Est-ce qu'un locataire peut bénéficier de la prime Rénov ?

Non, les locataires ne sont pas éligibles à MaPrimeRénov". Cette aide à la rénovation énergétique n'est ouverte qu'aux propriétaires immobiliers.

Passez 5x moins de temps à gérer vos locations

Inscription en 2 minutes

Gérez vos location en totale autonomie avec BailFacile

BailFacile - Logiciel de gestion locative
Excellent|4.7 sur 1 901 avisLogo trustpilot

Sources

Partager

S'abonner à la newsletter

La newsletter des propriétaires-bailleurs

Comme 350 000 bailleurs, mettez-vous à jour sur l'actualité locative en moins de 10 minutes, 1 fois par mois.

Adresse e-mail

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité ainsi que les Conditions d’utilisation de Google s’appliquent.

SOMMAIRE

  • Définition et caractéristiques
  • Calendrier d'interdiction gouvernementale
  • Doits, aides et recours du locataire
  • FAQ

Passez 5x moins de temps à gérer vos locations

Inscription en 2 minutes

Sur le même thème

Un bailleur peut-il être condamné au remboursement des loyers perçus en cas de logement insalubre ?

Location d'un logement insalubre, que faire et comment réagir ?

Qu'est-ce qu'un arrêté d'insalubrité et comment l'obtenir ?

Troubles de jouissance : obligations du propriétaire et recours du locataire

Qu'est-ce qu'un marchand de sommeil et comment s'en protéger ?

Combien de temps un locataire peut-il rester sans chauffage ou eau chaude ?

Quelle est la hauteur de plafond standard souhaitable dans une habitation ?

Quel est le dédommagement envisageable en cas d'extermination des punaises de lit ?

Comment rénover son logement à moindre coût avec l'aide Habiter sain de l'Anah ?

Dispositif Habiter serein de l'Anah : quels travaux financer avec cette aide ?

Quelle augmentation de loyer selon son classement dpe ?